Rpg Twilight, contexte alternatif au tome 1 : Fascination
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 











 

 Orage, baseball et vision [PV Cullen du présent ainsi que Bella]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
avatar

Hey, mais c'est
Invité


MessageSujet: Orage, baseball et vision [PV Cullen du présent ainsi que Bella]   Mar 8 Juin - 19:21


    La journée était bien entamée ou peut être venait-elle à peine de débuter, je ne savais plus trop à vrai dire. Assit sur le canapé du salon, je fixais la télévision sans aucun intérêt, immobile telle une statue de marbre figée à jamais. C’était, semble t-il, les informations sur CNN. Malgré sa condition, Carlisle aimait se tenir au courant de tout ce qu’il se tramait dans la vie des humains. Il était d’autant plus sur ses gardes depuis qu’Edward s’était enticher de cette humaine. Et j’avais beau tourner et retourner toute cette histoire dans tous les sens possibles, je n’arrivais toujours pas a comprendre ce qu’il pouvait bien lui trouver. Elle n’avait ni la beauté de Rose, ni la joie de vivre d’Alice… Et par-dessus tout, elle mettait notre famille en danger. J’avais eu le malheur de la saluer d’un peu trop près, comme tous l’avaient fais sauf Rosalie, je l’avais tout de suite amèrement regretté.
    Dans la famille, j’étais sans conteste celui qui avait le plus de mal à m’adapter à notre régime « végétarien » plutôt particulier. Sans aucun doute étais-ce les restes de mes longues années passées à tuer aux cotés de Maria. Tout comme ma sœur, j’avais haïs Bella au moment même ou j’avais comprit qu’Edward ne la laisserait pas. Elle avait réveillé en moi mes jadis instincts de tueur, révélant à tous le monstre que j’avais autrefois été et qui ne demandait qu’à sortir à nouveau. Mais elle avait surtout ramené de vieux souvenirs, très vieux souvenirs même… Des souvenirs que j’aurais aimé ne jamais me rappeler. Sa simple présence exacerbait la haine de j’avais de moi. Elle donnait toute une histoire aux nombreuses, et hideuses, cicatrices qui couvraient chaque centimètres de peau, du visage aux jambes. Elle mettait un nom sur tous les visages que j’avais vu mourir sous mes crocs et mes coups. Chaque cicatrices étaient une trace de mon passé sanguinaire, du monstre, qui tapi, attendait le bon moment pour se manifester. Aujourd’hui encore, je ne pouvais me pardonner toutes les horreurs que j’avais pu commettre. La nuit, lorsque le calme régnait dans la villa, chacun vaquant à ses occupations, je revoyais leur yeux me hanter. Je les entendais à nouveau me supplier de les épargner, de les laisser retourner chez eux près de leur famille. Combien de père avais-je enlevé à des enfants ? Combien de mère et de femme avais-je privé de leur époux ? Combien de vie avais-je ôtée violemment ?
    Comment Alice avait-elle pu épouser un tel monstre ? Je ne cessais de me poser la question jour après jour, conscient de la chance que j’avais de l’avoir à mes cotés. Là où l’on me montrait du doigt, elle me souriait, me soutenait. Elle me maintenait à flot pour éviter que je ne sombre dans les profondeurs. Elle était la première à m’avoir accordé son entière confiance, certaine que jamais je ne trahirais l’inestimable cadeau qu’elle m’avait fais. Je lui étais redevable à vie, si je puis dire.

    Alors que je fixais toujours l’écran de télévision, le pas dansant de ma tendre moitié me parvint aux oreilles. Instinctivement, je la cherchais du regard croisant presque aussitôt ses prunelles dorées. Son doux visage était éclairé d’un grand sourire et je pouvais sentir la joie irradiée de tout son être. Je lui lançais alors un regard interrogateur. C’est de sa voix mélodieuse qu’elle nous annonça la bonne nouvelle. Le temps était à l’orage ce soir. D’ici une grosse vingtaine de minutes, le tonnerre gronderait nous permettant de pratiqué le sport favoris des américains : le Baseball. C’était le seul moment où nous pouvions jouer, le tonnerre couvrant tous les bruits que nous provoquions. Et c’était toujours un grand plaisir pour notre famille de se retrouver pour s’amuser un peu. J'adorais ces moments où nous passions un peu de temps ensemble comme n'importe quelle famille. Et il y avait toujours cette sortes de compétition entre Edward et Emmett. Ils pensaient être meilleur que l'autre et faisait tout pour le montré. Évidemment Rosalie était du coté de son mari. Carlisle, quand à lui, était plus pour Edward mais son statut de chef du clan et de "père de famille" lui interdisait de le montré ouvertement. Alice et moi, nous jouions juste pour le plaisir. Ma petite lutine lançait les balles, moi je les frappais. Esmée les rattrapais, mais bien souvent elle avait également le rôle de l'arbitre, mes frères ayant la fâcheuse tendance à la triche.
    A la suite de cette excellente nouvelle nous partîmes nous préparer avant de prendre la voiture d'Emmett, bien plus pratique pour rouler en forêt.


    Arrivé, j'entrainais Alice vers le terrain suivit par le reste de la famille. Seul Edward et Carlisle restèrent en retrait pour discuté. Je crus comprendre qu'il s'agissait encore de la fille du chef Swan. Edward avait, semble t-il, l'intention de la ramener ici.
    Je ne fit aucune réflexion lorsqu'Emmett lui prêta sa voiture pour qu'il aille la chercher, cependant il savait très bien ce que j'en pensait. Alors qu'il s'en allait, je tâtais le terrain. La partie allait être plaisante, c'était une certitude.


Désolé pour ce rp plus que médiocre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Hey, mais c'est
Invité


MessageSujet: Re: Orage, baseball et vision [PV Cullen du présent ainsi que Bella]   Mar 8 Juin - 20:40

Nous étions la fin de la soirée, et les cours étaient terminés. Mon âme soeur regarder la CNN d'un air absent. Je me demandais bien a quoi il pouvait penser, mais un regard dans ce beau visage, je devinais exactemement a quoi il pensait. Je sautillai et dansai au travers des différentes pièce de la villa blanche rétablissant l'ordre qui devait y être. Toujours aussi joyeuse, et souriante.

Une vision survint. Mon sourire s'aggrandit d'avantage. Je dansai avec grâce jusqu'a mon tendre, qui attirait par le doux bruits de mon pas de danse me chercha du regard. Nos regards se croisèrent, et sans la moindre paroles et rien qu'avec son visage si doux, il se demandait ce qu'il y avait. J'annoncai d'une voix douce et chantante que nous étions dans une bonne soirée pour un match de base-ball. Dans un peu plus d'une vingtaine de minutes. Emmett frappa dans ses mains ce qui resonna dans les profondeurs de la villa. Mon rire accompagna la joie d'Emmett. Je prévus d'emblée que Edward allai invitée Bella Swan. J'en était bien plus contente. Je savais qu'un jour elle fera partit des notres, qu'elle sera une vampire. Notre soeur, et une partenaire de shopping. Sautillant pour aller prendre les main de ma moitié, je le fit lever du canapé et lui sourit.

Nous prîmes la Jeep de notre ours. Sa voiture était bien plus adaptée que la mercedes noir de Carlisle, la volvo grise d'Edward ou encore la mercedes rouge de Rosalie. Nous allions dans notre terrain privée spécialement fait pour nos partit de base-ball. Toute la famille aimait ce sport, pouvoir se defouler et aller libre court a nos sens vampirique. Arrivée sur le terrain, ce fut l'inverse, c'est Jasper qui me tira sur le terrain.

Emmett passa les clés a Edward, ce dernier allait chercher Bella, bien evidemment. Je souris. Moi, petite lutine, heureuse comme tout que Bella ma meilleure amie humaine, puisse assisté a un match de base-ball de vampire. Rosalie n'aimait pas vraiment Bella, mais un jour peut-être qu'elle l'acceptera vraiment.

Je pris une balle et jouai avec allant me plaçait tout en dansant à ma place. Je tirais les balles, tandis que Rosalie, Carlisle et mon tendre se placeraient pour renvoyer la balle. Ésmé rattraper les balles perdue et jouerai l'arbitre. En effet, Edward et Emmett avait une fachese tendances a tricher. Jasper était calme ce qui comblait mon excentricité. Nous étions les deux pièce d'un même puzzle. L'un n'allait sans l'autre. Nous nous completions. Avez-vous dejà essayer de voir le jour sans la nuit ? Pouvait-il avoir un avenir sans le passer ? Un debut de livre sans une fin ?

Nous attendîmes que Carlisle nous donne le feu vert. Mais d'abbord Bella et Edward devait revenir ....
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Hey, mais c'est
Invité


MessageSujet: Re: Orage, baseball et vision [PV Cullen du présent ainsi que Bella]   Sam 12 Juin - 15:16

Assise sur mon lit, je me sentais bizarre. Oui, c’était le mot qui correspondait au mieux à l’état dont je me trouvais actuellement. Seule dans cette chambre, pas encore habillée, ni coiffée, j’essayais de trouver le courage de dire à Charlie que je sortais cette après-midi. Pas seule, non… Lui préciser que je sortais n’était rien, non ce qui me rongeait était le reste de mon discours. Je participerais à un match de base Ball en compagnie des Cullen et d’Edward. Mon pou s’accéléra à cette douce pensée. Mais Charlie devait savoir… Que j’étais actuellement la petite copine d’Edward Cullen. A cette simple pensée, je sentais mon corps tout entier tressaillir. Non, je ne rêvais pas, j’étais désormais sa petite amie officielle, j’avais vu les Cullen, une famille formidable et cette après-midi, je sortais avec eux, pour une partie de Base-ball. J’étais terrifiée à l’idée de lui dire, il appréciait beaucoup les Cullen, en tout cas il avait beaucoup de respect pour le docteur Cullen, mais à côté de cela, je ne savais trop comment prévoir sa réaction, lui qui était si réservé sur ce sujet. Il n’y a pas longtemps, il se posait des questions sur mes fréquentations, comme quoi je pouvais m’intéresser aux autres, les garçons, mais venant de mon père s’était étrange… Surprenant… Je décidais de me lever et de prendre ma journée en main, je comptais me laver, m’habiller, m’occuper de mes taches, préparer un bon repas pour Charlie. Il apprécierait d’entendre la nouvelle devant un bon repas. Prise d’un courage précaire, je me dirigeais vers la salle de bain, essayant de ne pas trop m’en faire. Mon père était un homme ouvert d’esprit, cela ne le dérangerait pas que sa fille sorte avec un garçon… C’est avec une crampe dans l’estomac que je me dirigeais vers la salle de bain.

Alors que j’étais désormais dans la cuisine en train de préparer le repas pour ce midi, Charlie rentrait de sa matinée, de bonne humeur. C’était bon signe ? J’osais l’espérer alors que je continuais de m’affairer à mes occupations. Nous déjeunions tous les deux, toujours dans un silence que nous seul connaissions. Je ne savais comment aborder le sujet, je ne voulais pas paraître désagréable ni même trop excitée à l’idée de lui dire cela, je ne savais comment lui dire. Pourtant, je savais qu’à une certaine heure, Edward viendrait me chercher et à cette idée, la crampe de mon estomac augmentait à une vitesse folle. Une fois la fin du repas fait, j’eus la surprise de voir mon père rester près de moi, se doutait-il de quelque chose ? Je pensais avoir joué assez longtemps la comédie pour ne pas éveiller les moindres de ses soupçons, en vain. Je lavais la vaisselle et compris qu’il attendait que je débarrasse pour s’installer sur la table de la cuisine et nettoyer ses armes. BON SANG ! Ce n'était pas le bon jour. Finissant à tout ranger je me positionnerais à mon tour près de lui, mon cœur battait la chamade, près à rompre à tout moment. « Papa, je compte sortir cet après-midi. Tu n’as plus besoin de moi ? » Il releva à peine la tête en ma direction, bien trop occupé à nettoyer avec minutie son arme. Il fit juste un signe de la tête accompagné de grognement digne de Charlie. « Oui ! » Un point positif, ouf… Il ne me restait plus que la partie ardue de ma tache. Passant anxieusement ma main dans mes cheveux, je fixais toujours Charlie qui me tournait le dos. « Merci, hum… Edward Cullen vient me chercher. » Il fit volte face si rapidement qu’il me surprit, lui, son regard sur moi, cette arme entre les mains. « Edward Cullen ? » J’hochais de la tête, venait-il de comprendre. Mes rougeurs apparentes devaient l’aider dans tout ça. Me mordillant la lèvre, j’affirmais d’un mouvement de tête. « Oui. » Il se retourna de nouveau alors qu’on frappait à la porte le timing était parfait. Me raclant la gorge, je m’approchais de lui chuchotant… « Sois gentil avec lui, je tiens vraiment à lui. » Pour seule réponse il enclencha son arme, je sursautais…

Dans la voiture, en direction de l’endroit pour le match je repensais à mon père et sa réaction face à Edward. Il fut poli, mais étonnamment distant, lui demandant de prendre bien soin de moi, comme si je risquais quelque chose. Techniquement, j’allais participer à un match de Base Ball dont les joueurs ne sont que des vampires, mais je ne risquais rien. Mon amoureux fut courtois avec lui, promettant de me ramener tôt et fier, j’en avais l’impression d’être présenté comme mon petit copain officiel, même si à aucun moment je prononçais officiellement ce mot. Je restais muette auprès d’Edward, alors qu’il conduisait bien trop rapidement pour moi. Muette, je ne savais à quoi m’attendre, Edward ne voulant pas m’expliquer pourquoi il fallait à tout prix jouer ce soir. Une casquette de Base Ball sur la tête, je descendais de la voiture une fois à l’arrêt. Retrouver sa famille m’intimidait toujours, certains ne m’appréciant guère, pourtant j’essayais de ne pas paniquer inutilement et de m’amuser. Retrouvant la main de mon amoureux, j’enlaçais mes doigts avec les siens alors qu’on retrouvait le groupe non loin de nous. Ils avaient l’air heureux, moi je craignais que l’orage qui s’annonçait au loin allait perturber la partie. Timidement arrivée devant eux, je souriais… Et les saluait, délicatement… « Salut ! »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Hey, mais c'est
Invité


MessageSujet: Re: Orage, baseball et vision [PV Cullen du présent ainsi que Bella]   Lun 14 Juin - 20:32

En cette fin de soirée, après une journée de cours assez ennuyeuse, Edward était rentré chez lui, et était monté dans sa chambre ou il s'était assit sur son lit pour écouter de la musique et notamment à cet instant précis, "Claire de lune" de Debussy, musique qu'il apprécie... Et oui, Edward pouvait semblait bizard, mais contrairement aux autres il adorait la musique classique, le piano, d'ailleur il était très doué au piano, et avait composé de nombreuses chansons, notamment une pour sa mère adoptive Esmée, et la berceuse pour Bella... Mais pour l'instant Edward ne pensait qu'à une seule chose la partie de base ball, et à une personne Bella, celle qu'il aimait comme jamais il n'avait aimé personne...
Cette partie de base ball était très importante pour lui, comme pour tout les membres du clan Cullen...Et Edward espèrait que tout se passerait bien avec sa famille, Jasper et Rosalie n'appréciaient pas vraiment Bella, et de plus Jasper avait toujours du mal à résister au sang des humains, et surtout à celui de la jeune femme dont était amoureux Edward... Mais il voulait croire que Bella trouverait sa place au sein de sa famille, et qu'elle pourrait en faire partie un jour, il savait pertinement au fond de lui qu'elle était la personne qu'il avait toujours recherché, sa moitié, son tout... Il avait besoin d'elle pour que son bonheur soit enfin parfait, tout comme sa vie d'ailleur, il ne voulait pas continuer à vivre constamment seul dans l'éternité qu'était sa vie...
Edward sortit de sa chambre et descendit dans le salon, là il trouva Jasper assit devant la télévision tel une statue de marbre et Alice sautillant de partout avec toujours cette même joie de vivre qui l'habitée... Il souria et s'installa au piano, ou il commença à jouer, la berceuse de Bella, jouant de ses mains experte, les yeux fermés pour profiter pleinement de la musique... Il sentait que toute sa famille était enfin réunie dans le salon, mais ne cessa pas pour autant de jouer, jusqu'au moment ou, il entendit son père penser qu'il était temps de partir, alors Edward fila s'habiller dans un coup de vent et rejoignit sa famille à la jeep d'Emmett pour pouvoir partir jusqu'au terrain... Edward resta silencieux, arrivé à destination, il resta en retrait avec son père pour lui parler, puis Emmett lui donna ses clefs et Edward prit la jeep pour aller chercher Bella...
Il roula à une vitesse qui aurait put sembler excessive à n'importe quel humains, mais depuis qu'il était vampire, ces sens étaient décuplés et il savait qu'il ne risquait strictement rien à conduire rapidement... Il ralentit en arrivant dans la rue ou vivait Bella, il se gara au bord, et descendit de sa voiture, toujours ses lunettes de soleil sur ses yeux, il se dirigea doucement vers la porte d'entrée, se comportant le plus possible comme un humain... Il frappa à la porte et attendit que l'on vienne lui ouvrir, ce fut Bella qui apparue lorsque la porte s'entrouvra... Edward ne put s'empècher de lui sourire, il lui frola délicatement la main, et la suivit au salon ou il salua Charlie avant de lui expliquer ce qu'ils allaient faire et qu'il veillerait sur Bella pour que rien ne lui arrive... Sur ces derniers mots il entraina la jeune femme jusqu'a la voiture, et la fit s'installer près de lui, il referma la porte et s'installa au volant... Il se permit enfin de déposer un doux et rapide baisé sur la tempe de la jeune femme avant de démarrer et de rouler jusqu'au terrain de Base ball ou tout le clan Cullen les attendaient... Il s'arrèta au bout du chemin et descendit de la voiture, il prit la main de Bella entrelassant tendrement ses doigts avec ceux de la jeune femme et marcha doucement vers sa famille déjà en place pour la partie...
-A ce que je vois vous étes tous prêts!
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Hey, mais c'est
Invité


MessageSujet: Re: Orage, baseball et vision [PV Cullen du présent ainsi que Bella]   Lun 21 Juin - 15:28

    Je pouvais sentir d’ici le plaisir que l’arrivée de Bella suscitait chez Alice, alors qu’elle n’était même pas encore arrivée. Malgré l’avis plutôt controversé que la jeune humaine avait créé dans notre famille, sans parlé des discordes entre Rosalie et Edward, Alice était celle qui appréciait le plus Isabella, en dehors d’Ed’. Oh Carlisle, Esmée et Emmett aimaient également la jeune fille… Cependant elle était pour Alice, comme une meilleure amie. Je devais avouer qu’elle ne m’était pas totalement antipathique. Mais mes difficultés à m’adapter correctement à mon régime végétarien faisaient de moi un constant danger pour elle. Cela, Edward semblait l’avoir tout de suite comprit, car il ne me laissait jamais seul avec elle et je lui en étais plus que reconnaissant. En aucun cas je n’avais envie de manquer à la parole que j’avais faite à Alice. Et je n’avais pas non plus envie de décevoir Carlisle, qui semblait m’accorder son entière confiance. Je voulais leur prouver que j’étais capable de résisté au sang humain et à ses attraits… Mais je voulais avant tout ME prouver que le monstre que Maria avait créé était loin, qu’il n’était guère plus un vieux cauchemar qu’il me suffisait d’oublier pour qu’il disparaisse à jamais.

    Sorti de mes sombres pensées par Alice, mon Alice, ma fleur de Lys, la douce compagne de mon éternité, qui allait se placer sur le terrain, une petite balle blanche entre les doigts, je récupérais une batte et la suivait. Rose et Emmett, continuaient à se chamailler alors qu’Esmée et Carlisle patientaient calmement en attendant le retour d’Edward. Sans doute voulaient-ils s’assurer que la jeune fille ne courait aucun danger. Rose et moi étions les seuls à penser qu’Isabella Swan était elle-même un danger pour notre famille. D’un coté, je lui en voulais de s’imposer dans notre famille, cela m’avait valu quelques engueulades bien corsées avec Edward, qui bien sûr refusait tout bonnement d’abandonner la jeune fille. Il aurait pourtant été plus facile pour elle de sortir avec Mike Newton… Au moins, il ne risquait pas de céder à des pulsions meurtrières. Et ma vie aurait été bien plus tranquille.

    Échangeant quelques balles avec Alice, comme nous le faisions souvent avant un match de baseball, les souvenirs de ma vie aux cotés de Maria me revinrent en mémoire. Je pouvais encore sentir le gout du sang de mes victimes, alors qu’il coulait dans ma gorge, chaud et vivifiant. Je percevais également la force revenir dans tous mes muscles, réanimer mon corps sans vie. Pendant quelques secondes, ma peau retrouvait alors une certaine chaleur avant de redevenir aussi froide que la glace.
    Il m’arrivait parfois de vouloir que Maria m’eut tué le jour où nous nous étions rencontrés, qu’elle n’ait jamais fait de moi ce que j’étais aujourd’hui… Une partie de moi, infime et profondément caché, souhaitait la retrouver et s’abreuver à nouveau de sang humain. Parfois cette infime part de moi prenait le dessus, mais un regard sur Alice me faisait redevenir aussi doux qu’un agneau. Elle avait cet étrange pouvoir sur moi. Pourtant empathe maitrisant, parfois avec une facilité déconcertante, les émotions d’autrui, son simple regard, son odeur réussissait à calmer bon nombre de mes débordements. Elle était un peu ma bouée de sauvetage, m’empêchant de me noyer dans les tréfonds sombres de mon âme torturée. Et ce depuis la seconde même où j’avais posé le regard sur elle dans ce petit restaurant de Philadelphie.

    Je me souviens que la soif était insoutenable ce jour là. Après avoir quitté Charlotte et Peter, j’avais longuement erré ici et là, refusant de m’abreuver. Je coulais sous le poids de ma culpabilité. J’avais arraché tant de vie… moi qui au départ, en m’engageant dans l’armée, voulais en sauver tant. Et resté seul n’avait rien arrangé, bien au contraire. A chaque seconde, je revoyais le visage baigné de larme d’une mère me suppliant de l’épargné, une main posée sur son ventre proéminent, d’où les battement d’un cœur parvenait à mon oreille. Ou le regard d’un homme apeuré, peiné d’abandonner sa femme et son fils… Et tous ces vampires nouveau-nés que j’avais du achevé sous les ordres de Maria. Tous me hantaient jour et nuit, ne me laissant aucun répit, aucun endroit où me cacher.

    Mais il est bien difficile de combattre sa nature, surtout lorsque l’on n’a pas bu depuis plusieurs semaines. C’est comme ça que j’avais débarqué à Philadelphie. Trempé par la pluie torrentiel qui s’abattait sur la ville, je n’avais eu d’autre choix que d’entré dans ce restaurant… Resté sous la pluie comme un idiot aurait attiré l’attention sur moi. Malheureusement pour moi, le restaurant été bondé… Et les vêtements mouillés ne faisaient qu’accentuer l’odeur délicieusement tentant de leur sang. J’aurais facilement pu attirer une ou l’autre serveuse et faire ma petite affaire mais mon regard onyx avait croisé l’or liquide de ses prunelles. Aussitôt plus rien n’avait compté. Juste elle et moi, dans ce petit restaurant de Philadelphie. Depuis ce jour, nous ne nous étions plus jamais quitté.

    Absorbé dans mes souvenirs, je fus cependant rappeler à la réalité par l’odeur de freesia qui se dégageait au loin. Ce n’était autre que Bella et Edward qui arrivaient. Instinctivement, je me mis légèrement en retrait d’Alice et saluait la nouvelle arrivante, la gratifiant d’un très léger sourire. Alors qu’Esmée passait un bras sur ses épaules, j’adressais un regard à Alice. La partie allait enfin pouvoir commencer… Enfin théoriquement.

[Si tu le souhaites Alice, tu peux avoir ta vision...
Désolé d'avoir mis si longtemps à répondre.]
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Hey, mais c'est
Invité


MessageSujet: Re: Orage, baseball et vision [PV Cullen du présent ainsi que Bella]   Jeu 24 Juin - 21:33

J'étais tout bonnement joyeuse et sautillai dans tout les sens. Bella et moi allions devenir trés vite de trés bonnes amies. Je le savais, j'en était même sure. J'avais pris la main de Jasper pour l'enmenais tout en dansant jusqu'au terrain de base-ball. Emmett et Rose se chamaillait gaiement, tandis que Carlisle et Ésmé étaient légérement en retrait, discutant tranquilement main dans la main.

Jasper avait une batte à la main, mais je le sentais perdu dans ses pennsées. Un rapide regards vers moi et il retrouva le sourire. Je ne pus m'empêcher de lui sourire, montrant ansi tout l'amour et l'affection que je lui avait portés. Ma vie avait commencée le jour ou j'avais eu cette vision de lui a Philadelphie. Il avait tout changé. Sans lui et mes visions, je serais devenu un monstre. Je lui devais tellement. Seul sa propre présence m'apportais énormémént. Par moment, je me demandais qu'est-ce que je pouvais lui donner en echange de la vie et de la joie qu'il m'apporter. Je me fondis devant ce regard intense et rempli d'amour.

Au bout de quelque seconde a ne pas nous quitter des yeux, nous sentâmes l'odeur de roses et de freesia de la douce Bella. Jasper préféra s'eloigner, tandis que je sautillai dans sa direction pour la saluer. La famille présente au complet, d'un bref signe de tête Carlisle me donna le signe que c'était à moi de decider a quel moment était le plus propice pour commencer.

Je levai la tête vers le ciel, fermant les yeux et au bout de quelque seconde seulement, je rouvris les yeux et dit à l'assemblait, haussant légèrement la voix pour que Bella entende :

- On y va !

Rosalie était la première à la batte. Je pris mon élan et tel un serpernt se jetant sur sa proie, je lançais la balle. Ma soeur donna un puissant coup et la balle partit loin. Avant que Rose n'ait eu le temps de faire entièrement le tour du terrain, Edward l'avait rattraper et relancer. Bella lui annonca qu'elle était out. Ce qui lui vallut un regard noir de la part de ma soeur et une blague de la part de son ours de mari. Puis ce fut à Carlisle d'avoir la batte. Aucune des deux équipes ne rattrapa la balle. Puis ce fut au tour de mon ange. Toujours tel un cobra, je lancai la balle. Le match continua tout comme l'orage.

Ma soeur se positionna une nouvelle fois avec la batte entre les mains. Au moment ou je lançais la balle, j'eus une vision. Sous le choc, je loupais mon lancer et la balle n'attérit même pas trois mètres plus loin. Ce fut un choc. Je ne savaiq que faire face a cette horrible vision....

Nous étions tous a la villa, dans diverses occupations. Ce fut alors que des loups gigantesque arrièrent. Carlisle alla a leur rencontre, mais se fit déchiqueter, en un clignement de paupière.

Je poussai un hurlement déchirant le terrain de base-ball devenu tout d'un coup calme. Je savais qu'ils savaient que je n'avais pas fait exprés de louper mon lancer, que c'était du à une vision. La vision continua tout aussi ecoeurante que desesperante.

Ésmé accourait vers son mari pour l'aider, mais elle ne put que constater les degâts. Elle se laissa tuer, sans même chercher à se defendre. Toutes la famille allèrent se battre. Parmi la famille je distinguais Bella devenu vampire, ainsi qu'une jeune femme que je ne pouvais identifier que comme la fille biologique de Bella et d'Edward, la rssemblance était tel que je ne pouvais passer à coter de la plaque. J'avais mal a la tête, pourquoi ? Un loup proche de la fille de Bella, ainsi qu'une jeune femme que dans le futur j'appelais ma fille. Une autre femme était la blonde comme Rosalie, identifiée comme fille adoptive de Rose et d'Emmett. Jasper se placa en avant et j'assitai a la scène la plus horrifique qu'il m'ait été donnée de voir, d'assiter.

Second hurlement, venant du plus profond de mon coeur, le déhirant en deux. Je ne pouvais le croire. Je sentais Jasper, celui qui était encore en vie, me tenir dans ses bras, me reconforter de mot doux, m'envoyant des ondes de clame. Rien n'y faisait. Le sol se deroba sous moi, perdant pied, tombant par terre, la vision s'archarnant à me montrer autre chose. Je n'en pouvais plus. J'avais ma tête entre mes mains gemissant de douleur :

- Je vous en supplie faite que cela s'arrête, je ne veux plus rien voir. Plus rien ...

Le destin s'acharna sur moi, et continua ma vision, digne des plus grand chef d'oeuvre de film d'horreur jamais réaliser. Aprés avoir perdu celui que j'aimais, mon soleil et ma raison de vivre, j'assistai au massacre, d'Edward, et de Jacob.

C'était trop douloureux a voir, ma famille ... la moitié de ma famille venait d'y laisser la peau. Ce même moi futur eut une vision. De nous. Actuel. Le present. Ceux qui restaient en vie, et qui avaient eu le temps de fuir, partir pour trouver un vampire ayant le don de remonter le passer.

Tremblant, et essayant de pleurer un mort encore en vie a l'heure actuel, le coeur déchiqueter, j'articuler a voix basse, quelque faible mots :

- On arrive ! Nos futurs arrive, pour nous sauver du danger. Nous prévenir. Ils nous attendent a la villa ... Il faut y aller. Le temps nous ait compter.

J'ignorais encore, que la vision dater de cent cinquante ans dans le futur...
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Hey, mais c'est
Invité


MessageSujet: Re: Orage, baseball et vision [PV Cullen du présent ainsi que Bella]   Ven 25 Juin - 16:31

    Au petit matin, Esmé s'était habillée convenablement pour une journée en ville. Elle y avait passé un petit moment, discutant avec les gens qu'elle croisait, prenant un peu de leur nouvelle. Quand elle était revenue, Jasper était devant la télévision et ALice semblait avoir eu un soudain grand sourire. Une vision d'une partie de baseball. Immidiatement, Esmé monta à sa chambre se changer. Elle enfila sa superbe tenue de baseball et se fit un plaisir à mettre sa casquette avec un joli «C» dessus, pouvant autant convenir à son clan qu'à l'amour de sa vie. Edward devait aller chercher Bella pour lui montrer à quoi une partie de baseball vampirique ressemblait et Esmé n'en fut que plus heureuse. Elle adorait déjà Bella, voyant l'effet positif qu'elle avait sur Edward. Esmé avait déjà passé près d'un siècle au côté du vampire et elle ne l'avait jamais vu aussi heureux que lorsqu'il était en présence de sa bien-aimée. Elle était tout pour lui, et cela plaisait à Esmé.

    Le départ en Jeep fut assez rapide. Emmett avait prit le volant et tout le monde s'était entassé derrière. Par contre, avant d'arriver, Esmé décida de terminer le chemin à pied, accompagnée de son mari. Ils débarquèrent donc, laissant leurs enfants au plaisir de rouler dans la boue. La vampire prit la main de Carlisle puis ils terminèrent le chemin, débouchant quelques minutes plus tard sur le fameux terrain de baseball. Le couple resta quelque peut en retrait, discutant de tout et de rien, mais surtout de Bella.
    Quand les deux jeunes gens arrivèrent sur le terrain, Esmé alla à leur rencontre, sachant qu'elle allait s'occuper de la jeune humaine durant la partie. Elle passa son bras nochalement autour des épaules de Bella et l'entraîna vers la dernière base, d'où elle arbitrerait. Comme les vampires avaient tendance à tricher, il fallait absolument un arbitre, sinon ils allaient finir par s'entre-tuer. Connaissant le caractère de Rosalie, c'était plus elle qui fallait surveillée. Elle avant tendance à être un peu mauvaise perdante, parfois.
    Esmé se placa calmement, les mains sur les cuisses, et scruta le terrain. Elle s'amusa à décrire le match à Bella, qui venait à peine de commencer. Rose avait frappée la balle et le bruit assourdissant s'était métamorphosé en tonnerre. Edward partit à la course et Esmé sourit en le voyant. Il y avait de bonne chance qu'il revienne avec la balle, mettant Rose «out». La vampire avait juste, mais Rose ne semblait pas appréciée. Ensuite, ce fut le tour de Carlisle, qui avait plusieurs années de pratique de plus que le reste et qui pu facilement faire son «home run». La partie continua et Esmé discutait avec Bella, lui décrivant tout ce qui avait besoin d'être expliquer. Malgré l'odeur de la jeune femme, elle ne se sentait pas mal à l'aise. Au contraire, elle considérait déjà Bella comme une personne à part entière de cette famille. Son sourire continuel aux lèvres, Esmé continuait d'arbitrer la partie.

    Le cri d'Alice perça les rires qui fusaient d'un peu partout. Tout le monde se tut et la regarda. Esmé, s'inquiétant pour sa fille, s'approcha doucement, mais la laissa aux soins de Jasper. Carlisle la rejoignit et il passa doucement une main autour des épaules de sa femme, alors qu'Esmé mettait son bras autour de ses hanches.
    Alice parla ensuite, faissant passer un frisson chez les Cullens. Il y avait des gens du futur qui venait pour éviter un danger qui semblait iminant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Hey, mais c'est
Invité


MessageSujet: Re: Orage, baseball et vision [PV Cullen du présent ainsi que Bella]   Sam 26 Juin - 17:04

Le ciel s’obscurcissait et je ne comprenais pourquoi il fallait à tout prix attendre que l’orage se manifeste. Certes, la pluie ne les gênait pas, mais quand même… Il devait être désagréable de courir et de jouer sous une pluie battante. Car au vu de la couleur des nuages, je me doutais que la saucée serait assez impressionnante. Cependant, je ne dis rien et gardais tout cela pour moi, après tout Edward m’avait promis un beau spectacle, je devais me montrer tout simplement patiente, une point c’est tout. Esmé me prit par les épaules, afin de m’expliquer les règles du jeu, il faut dire que dans ce domaine je n’étais vraiment pas douée, loin de là. C’est ce qui fit sourire Charlie tout à l’heure, quand Edward parla de match de Base Ball, comme si j’étais si nulle que cela, après tout il n’avait pas tort, je n’étais pas vraiment douée dans tout ce qui pouvait se rapporter au sport, mais là n’était pas la question. Rosalie fut la première à prendre la batte pour tirer. J’observais Alice qui se montrait concentré comme jamais, elle leva les yeux au ciel, puis ferma les yeux avant de nous crier que c’était bon, la partie pouvait commencer. Je fixais Alice dont la grâce m’époustouflait toujours autant, elle exécuta un tire d’une précision inouïe avant que Rosalie ne la frappe à son tour. Bon sang ! Le bruit fut assourdissant mais caché par le tonnerre qui grondait non loin de nous. Je comprenais alors, pourquoi était-il si important que le ciel menace, c’était époustouflant. Rosalie se mit à courir de base en base, j’eus du mal à la distinguer, seul ses cheveux blond m’indiquait où elle se trouvait. Mais la balle venait d’arriver sur la dernière base avant que cette dernière ne la touche, c’était donc à moi, oui j’étais arbitre le temps de la partie, de le lui faire remarquer. « Out ! » Elle me lança un regard lourd de sens avant que Carlisle ne prenne à son tour la batte.

C’était impressionnant et j’étais bien heureuse qu’Esmé qui se trouvait près de moi m’explique ce qui était en train de se passer sous nos yeux car par moment, j’avais l’impression de ne rien suivre. Comme Edward et Emmett qui se battait la balle de manière étonnante, il bougeait si vite que je n’arrivais pas à tout distinguer. Ce fut la même chose, par la suite mais ce qui était le plus étonnant, la précision des tires. Alice tirait la balle, cette dernière frappait au même moment que le tonnerre, c’était époustouflant. C’était désormais au tour de Jasper de tirer, s’amusant préalablement avec sa batte d’une manière tout à fais surprenante, j’aurai aimé être capable de faire exactement la même chose, il m’était difficile d’imaginer le commun des mortels agir de la sorte, pourtant cela devait bien arriver. J’observais, très concentré sur ce que me disait Esmé près de moi, j’étais complètement absorbée par cette partie quand Soudain, Alice se figea complètement sur place, j’eus peur, étonnamment… Esmé à mes côtés fut rejoint rapidement par son mari, Edward fit de même avec moi, posant délicatement sa main autour de ma taille. Je commençais vraiment à m’inquiéter pour elle. Que voyait-elle… Je comprenais avec beaucoup de temps qu’elle était en plein vision, mais ce qui me figea subitement sur place, fut le cri qu’elle poussa. C’était la première fois que je l’entendis agir de la sorte, j’en eus des frissons dans l’intégralité de mon corps, j’avais peur il faut bien l’avouer. La fixant toujours je cherchais à taton la main de mon amoureux pour me réconforter dans tout cela. Soudain, je décidais de le regarder Edward, après tout il pouvait lire dans les pensées de chacun d’entre eux, il pouvait également lire la vision d’Alice. L’expression de son visage était indescriptible, je ne l’avais jamais vu de la sorte, pourtant j’aimais vraiment l’observer, là, c’était complètement différent, d’autant plus effrayant. Que se passait-il…

Elle hurla de nouveau, un cri d’autant plus insupportable que je ne savais pourquoi elle agissait de la sorte. J’avais terriblement peur, je voyais qu’elle souffrait et qu’on était incapable de faire quelque chose. Jasper se positionna près d’elle, je me doutais de ce qu’il était en train de faire et j’espérais de tout cœur qu’il y arrive, la rassurée car à ce moment précis j’avais terriblement peur pour elle. Automatiquement, je me collais au corps d’Edward qui ne dit rien bien trop concentré, je le supposais à lire dans son esprit, la voix si cristalline d’Alice me figea sur place. « Je vous en supplie faite que cela s’arrête, je ne veux plus rien voir, Plus rien… » Je me figeais sur place, qu’était elle en train de voir ? J’avais soudainement peur pour tout le monde, Esmé et Carlisle qui assistait à la scène impuissante, Rosalie et Emmett qui paraissaient tout aussi surpris par cela, mais également Edward, mon Edward qui lisait au même moment ce qu’Alice voyait et ne disait absolument rien. C’était effrayant et je me sentais mal pour elle, pour tous… Je voulais retrouver l’Alice chantante et riante que je connaissais. J’entendis cependant avec difficulté ce qu’Alice rajouta et un seul instant je maudissais de n’être qu’une humaine à l’ouïe bien trop normale… « On arrive ! Nos futurs arrivent, pour nous sauver du danger. Nous prévenir. Ils nous attendent à la villa… Il faut y aller. Le temps nous est compté… » Mon sang se glaça littéralement dans mon corps, je ne savais que penser, ni que faire à vrai dire. Cela était bien trop irréaliste pour moi. Cependant, je restais accrochée à Edward ne voulant pas les quitter de la sorte, je voulais en savoir plus comprendre, pourquoi Alice venait de se mettre dans des états pareilles. Puis je pensais à ses paroles, le futur… J’eus terriblement peur car l’avenir que je craignais tant, un avenir où Edward ne serait pu dans ma vie, il paraissait insensée que ce dernier reste avec moi plus longtemps que la normale, sonnait dans nos vies, j’avais peur, mais c’est silencieuse que j’attendais… Mais une chose était sûre, je voulais les suivre…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Hey, mais c'est
Invité


MessageSujet: Re: Orage, baseball et vision [PV Cullen du présent ainsi que Bella]   Dim 11 Juil - 0:46

Le jour où Edward eut dévoilé notre secret en sauvant Bella de la mort avait mis Jasper et Rosalie en colère contre lui...

Je me rappelais de ce moment qui avait eu lieu deux mois plus tôt : il y avait du verglas et une camionnette fonçait droit sur elle : Edward fila droit sur Bella et l'écarta du chemin...

Aucun de nous n'avait pu l'empêcher d'agir et j'avais émis un grondement bas en même temps que Rose...

Le soir même, il y eut une dispute entre nous, Edward d'un côté, Jasper, Rose et moi de l'autre...

Nous étions trois contre un et en train de nous bagarrer tous les quatre lorsqu'Alice mit fin à notre affrontement, ayant eu une vision sur cette humaine...

Elle était passée à la villa pour nous rencontrer et la visite s'était bien passée, malgré que Rose eut cassé un saladier sous le coup de la colère...

J'interrompis ma rêverie, tenant ma Rose dans les bras, en entendant Alice annoncer que le temps était idéal pour un match de baseball...

Lâchant ma femme, j'allais me changer et redescendis une minute plus tard, la balle à la main et m'amusais à jouer avec dans la maison...

Une fois tout le monde prêt, je pris ma Jeep et Rose s'installa à l'avant, comme à son habitude...

Carlisle et Esmee montèrent à l'arrière et Alice, Edward et Jasper durent se contenter du plateau extérieur avec le matériel de jeu...

Arrivés au terrain de baseball, Edward me demanda si je pouvais lui prêter ma voiture pour aller chercher Bella et je lui passais aussitôt mes clés...

Il revint avec elle 20 minutes plus tard....

En l'attendant, nous préparions le terrain, avec Rose, nous disputant pour une chose sans importance...

Alice, Esmée et moi les vîmes arriver et je ne pus m'empêcher de ricaner sur Edward qui avait émis un grondement bizarre, à 500 m de nous...

Puis Alice et moi filâmes droit à nos places respectives et le jeu démarra au signal de ma sœur...

Tout se passait bien jusqu'à ce qu'Alice, laissant tomber à terre une balle qu'elle était censée lancer, poussa un hurlement et se mit la tête entre ses mains...

Nous comprîmes tous qu'elle était en train de voir quelque chose et se rassembla autour d'elle...

« Je vous en supplie, faites que cela s'arrête, je ne veux plus rien voir. Plus rien ... » gémit-elle, d'une voix pleine de douleur..

Je me figeais aux côtés de Rosalie, inquiet de ce que voyait Alice, et gardais le silence...

« On arrive ! Nos futurs arrivent, pour nous sauver du danger. Nous prévenir. Ils nous attendent à la villa… Il faut y aller. Le temps nous est compté… » ajouta-t-elle en se relevant...

« Prends la Jeep, Jasper ! Rosalie et moi rentrerons à pied ! » lui ordonnais-je, lui lançant les clés et courant droit à la villa aussi vite que je pus...


Dernière édition par Emmett McCarty-Cullen le Jeu 22 Juil - 21:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar

Hey, mais c'est
Invité


MessageSujet: Re: Orage, baseball et vision [PV Cullen du présent ainsi que Bella]   Dim 11 Juil - 11:03

J'était dans les bras de mon amour quand Alice annoça qu'il y allait avoir du tonnerre , tout le monde se réjouis , nous allions pouvoir allez joué a notre sport préferé : Le baseball , mais il nous fallait le tonnerre pour masquer le bruit des balles lorsque nous les frappions

Emmett partit de mes bras et alla se changer il revint une minute pus tard habillé pour le sport et une balle avec laquelle il jouait dans la maison , a la main ,je sourit et alla me changé aussi , je revint et nous partions au terrain , je me mit a l'avant de la Jeep de mon chéri , par Habitude ,
Carlisle et Esmee montèrent à l'arrière et Alice, Edward et Jasper durent se contenter du plateau extérieur avec le matériel de jeu une fois arrivés au terrain je descendis et j'allait rejoindre Emmett qui lança les clefs de la Jeep a Edward , il allait surement cherher son Humaine , ce qui ne me réjouis pas , je n'aimais pas Bella , j'était sure qu'elle allais créer des ennuis a notre famille , nous préparions le terrain et Edward revint 20 minutes plus tard avec son Humaine , nous les vîmes arriver , et Emmett ricana sur Edward , je sourit , Edward lui emit un grognement , nous nous préparions a Joué attendant le signal D'alice , notre Lutine adorée annonça le départ de Jeu et nous jouions tranquillement jusqu'au moment ouAlice , lacha sa balle , poussa un hurlement et se mit la tête entre ses mains

Je vous en supplie, faites que cela s'arrête, je ne veux plus rien voir. Plus rien ... Dit-elle la téte toujours dans les mains

Elle resta comme ça , Emmett se figea a coter de moi et je figea aussi , plaçant ma main sur le bras d'Emmett

On arrive ! Nos futurs arrivent, pour nous sauver du danger. Nous prévenir. Ils nous attendent à la villa… Il faut y aller. Le temps nous est compté…

Dit-elle en lachant sa téte et en se relevant

Prends la Jeep, Jasper ! Rosalie et moi rentrerons à pied Dit Emmett en laçant les clef a Jasper

Nous courûrent tout les deux a vitesse vampirique jusqu'a la villa
Revenir en haut Aller en bas


Hey, mais c'est
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Orage, baseball et vision [PV Cullen du présent ainsi que Bella]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Orage, baseball et vision [PV Cullen du présent ainsi que Bella]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Developpement touristique: Vision du gouvernement
» Vision cauchemardesque [Pv : Dark_Sky (Sora) et Oeil d'Argent]
» Orage sur Le Havre
» Alice Cullen
» Orage d'été -TANKA-avec mp3
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Forks dans l'État de Washington :: La forêt de Forks :: Le terrain de base-ball des Cullen-